Bienvenue, Moufi

par Marie-France Prayal

Et oui, une troisième s'est rajoutée à la famille! Après Cléo et Ruby, voici Moufi en provenance de Virgine, chez Kennette Tabor. Elle est née le 11 juin 1996. Son père, Ramena of Woodland Cottage, sa mère, Cottonkist Creme de la creme. Elle est arrivée à la mi-août par une belle journée pas trop chaude. Ma fille et moi étions à l'aéroport pour l'accueillir. Les formalités terminées, on nous remet la cage et la petite Moufi en sort, toute contente de nous voir! La queue allait de gauche à droite, de gros becs par ci, par là, elle semble déjà bien nous aimer! Arrivée à la maison, il lui a fallu une journée pour s'adapter: rencontrer les autres membres à 2 pattes et à 4 pattes. Évidemment, elle s'est tout de suite trouvée des affinités avec Cléo.

Elles proviennent toutes les deux de la même place. Elle est la plus petite, mais ne vous méprenez pas! Elle est brave et n'a peur de rien. Les escaliers? Pour aller où elle veut, pas de problème, on y va! Le jouet qui l'intéresse? Et bien, que Ruby fasse attention, Moufi la terreur arrive!

Au fait, pourquoi ce nom de Moufi? C'est Marie-Eve, ma grande fille qui nous a fait remarquer un jour que notre Cléo, teinte en noir avec une bande blanche sur le dos, ressemblait étrangement à une moufette. De fil en aiguille, elle nous propose d'appeler la nouvelle venue Moufi. On en discute en famille, on vote, et à l'unanimité, c'est accepté. Vive Moufi!
Moufi la brave, mais aussi Moufi, la colleuse, la cajoleuse.

Elle aime se coller et, évidemment, lorsque je travaille à mon bureau, elle a trouvé sa place, exactement sous ma chaise. On dirait que cela fait partie de leur bagage héréditaire. Cléo faisait de même, toute petite... Moufi a très bon appétit, surtout lorsqu'il s'agit d'aller piger dans le bol des grandes... Elle aime beaucoup aussi jouer dans l'herbe. Elle a vite repérer l'endroit à creuser... et se transforme rapidement en terreur noire!

Que dire de plus? Elle a concquis tout le monde. Avec ses grands yeux qui nous regardent avec adoration, elle est irrésistible! Elle a très vite compris la routine de la maison: quand je pars pour le travail, pas de protestation, elle s'installe avec ses copines. Mais à mon retour, c'est la fête! Je dois la coller pendant un bon 10 minutes avant qu'elle ne se décide à me laisser. Encore une fois, merci Kennette pour cette adorable petite coquine.

The Coton Malgache, Volume 1, Automne 1996, Numéro 4